Date : 07/10/2017

Inscription manche 1 féminine et masculine

Les fiches d'inscriptions pour la manche 1 à Abbeville sont disponibles dans l'onglet "compétitions"

Catégorie : Date début : Date fin :
Hobart 2017 - Carnet de bord - Vendredi 21 juillet
Catégorie : Compétitons internationales
Date : 21/07/2017

C’est parti pour le dernier match des féminines moins de 23 ans, face à l’Australie, pour obtenir la 5ème place du championnat du monde. Signe de trop d’envie ? A l’engagement, l’avant centre français arrive première sur le palet et décroche un superbe shoot … dans l’adversaire. Première prison pour un tir dangereux. La première occasion franche de cette rencontre viendra des Australiennes à la 5ème minute. Le temps mort demandé par la France va permettre de regonfler les troupes, en demandant plus de présence sous l’eau. Et ça marche, les bleues rentrent dans le camp australien par la droite, et déroulent ensemble jusqu’au but : 1-0. Elles poursuivent sur leur lancée, placent un second palet au fond, mais le but sera refusé. 1èème minute de jeu, ça joue à 5 contre 5 et un coups franc est tiré devant les buts français. La défense oriente le palet sur le côté mais se fait sanctionner d’une nouvelle prison. Sur la remise en jeu suivante, ça part à droite, revient au centre, but ? non, refusé. Les Françaises gardent l’avantage 1-0. Pas pour longtemps, l’Australie envoie une deuxième salve d’attaque 2 minutes plus tard, et concrétise, 1 partout. De retour à 6 dans l’eau, les Françaises mettent la pression, et une Australienne sort en prison. Il reste 15 secondes à jouer et coup franc à suivre, et c’est le but, accordé sur le buzzer de la mi-temps : 2-1. En début de deuxième période, une Française est en prison, et la pression est australienne devant les buts français. Les rotations défensives sont en place, mais l’Australie trouve la faille à la 18ème minute : 2-2. La France remet les gaz et occupe le terrain australien. Pénalty en faveur des bleues et but à la 23ème minute : 3-2. Lorsqu’elles sont 6, les Françaises jouent dans le camp australien. A 5, elles subissent les attaques, et finissent par encaisser le 3ème but d’égalisation à 2 minutes de la fin du match. Dernière attaque française, bien récupérée par l’Australie qui va temporiser dans le coin, en attendant la fin du temps. On part donc pour 2 prolongations de 5 minutes, et les garçons venus remplir les gradins entonnent une Marseillaise. Ca repart fort pour les Françaises, mais une faute rend le palet à l’Australie. Nouvelle prison d’une bleue, pour une faute de poing. A 5 les Françaises tentent même un contre. De retour à 6 elles sont regroupées sur l’attaque alors qu’une Australienne s’échappe en contre. Elle est rattrapée, et une prison de chaque côté est signalée. Pour le début de la 2ème prolongation, les bleues sont à 4 dans l’eau, mais tiennent la défense. Les allers-retours sur la chaise sont nombreux côté français, mais les filles résistent. On rentre en mort subite. Les bleues gèrent le temps faible, puis reviennent à 6 dans l’eau. Le palet va d’un côté à l’autre du terrain, la partie s’enflamme, et sur une dernière poussée des bleues, c’est le but !!! Victoire des Françaises fac à l’Australie, ce n’est que pour la 5ème place, mais on a les mêmes frissons que pour une médaille !

Demi-finale des U19, la France est opposée à l’Australie, chez elle. Les bleuets sont concentrés et prêt à jouer chaque temps de jeu à fond. Et ils commencent la partie en imposant une première attaque aux Australiens. Récupération, réplique australienne, puis nouvelle salve française. Coup franc devant les buts australiens, le palet ressort une première fois, mais sur le coup franc suivant, ça rentre : ouverture du score par la France à la 3ème minute, 1-0. A la 7ème minute, un mouvement est initialisé du milieu de terrain. Le Français qui s’échappe palme très vite et peut atteindre l’objectif : 2-0. Suit une longue phase de jeu sans arrêt. On a de temps en temps une accélération de l’Australie, mais les arrières français veillent et récupèrent : on ne passe pas dans les 5 mètres français. Sauf dans les 30 dernières secondes de cette mi-temps, bien temporisées dans le coin défensif par les bleus. C’est la mi-temps. A l’engagement, l’avant centre décroche un tir dans un buffet australien : jeu dangereux et prison pour les Français. A 6 ou à 5, les Français ont de l’envie, ils sont chez les Australiens mais font encore trop de fautes et rendent les palets sur coup franc. Le jeu australien est un peu différent du match de poule : ils n’ouvrent plus systématiquement car ils se savent chassés. Ils vont sur les murs dans un premier temps, poussent, temporisent, puis lancent l’ouverture, quand les bleus sont en train de se repositionner. A la 26ème minute, gros temps de jeu dans le coin gauche australien, les relais français sont là, mais il reste encore des fautes pour gâcher la domination territoriale. Les salves bleues s’enchainent, mais le score ne bouge pas. Avec 2 buts d’avance, les Français gèrent cette fin de match, où le buzzer capricieux se met en grève alors qu’il reste 12 secondes à jouer. C’est donc au son de la cloche que les Français remportent leur demi finale face aux Australiens, 2 buts à 0. Demain, ils joueront la Grande-Bretagne en finale.

Deuxième demi finale, et dernier match de la journée pour l’organisation à Hobart : les Français U23 sont face à la Nouvelle Zélande, qui les a battus 5-1 en round robin. La première action de jeu est pour la France, qui a envie, envie, envie de la finale. Bute refusé, mais au moins le ton est donné. Ca joue bien chez les bleus, et ça pousse vers le but néo-zélandais : ouverture du score au bout de 5 minutes de jeu. Les Français sont appliqués, ne font pas de fautes, même sur une phase défensive dans leurs buts à la 8ème minute, ce sont les Néo-Zélandais qui sont sanctionnés. Mais les Kiwis montent en puissance et reviennent vite dans le camp français. La défense récupère le palet à gauche, traverse devant le but, remonte à droite, et va dans le coin de la Nouvelle Zélande. On recule de 8 mètres sur le coup franc, mais on y retourne, été but, à 2 minutes de la mi temps : 2-0. En début de 2ème période, l’envie est toujours du côté des bleus, et du sérieux : les fautes sont kiwi. Les Français avancent une nouvelle fois jusque dans le coin néo-zélandais, mais n’arrivent pas à ressortir le palet sans une petite faute. Ca continue à pousser chez les Français, avantage en cours, on est dans le but néo-zélandais, et but à la 21ème. Et 1 et 2 et 3 zéro, chantent les supporters français. Mais attention à la réaction de la Nouvelle Zélande : 1 minute 30 leur suffit pour remonter d’un but. 3-1. Les Néo-Zélandais continuent à se jeter avec énergie dans la bataille, les palets fusent vers le centre, et les bleus s’efforcent de les remettre sur les murs, et shooter devant. Ca « bastonne propre » sur le mur, jusqu’à ce qu’à 3 minutes 30 de la fin du match, les bleus prennent une prison. Max Piaser de retour dans l’eau récupère un palet sur le mur gauche et se lance à fond vers le but. 2 crosses blanches tentent de le bloquer, mais la puissance du capitaine fait entrer le palet dans le but : 4-1, à 1 minute 10 de la fin, c’est gagné. Le public explose : on est en finale, on est en finale !

Auteur : Rémy GILLET
Hobart 2017 - Carnet de bord - Jeudi 20 juillet
Catégorie : Compétitons internationales
Date : 20/07/2017

Le premier quart de finale pour les équipes de France est pour l’équipe féminine de moins de 23 ans, contre la Grande Bretagne. Les Françaises qui d’habitude démarrent fort leurs rencontres sont cette fois-ci cueillies dès l’entame de match par une Anglaise qui s’échappe du paquet formé au milieu de terrain à l’engagement. Elle file au but et permet à son équipe d’ouvrir le score 1-0. Les bleues se ressaisissent et ne sont pas loin de marquer à 2 reprises. Les Anglaises gèrent leur défense, avant de retourner dans le camp français, et l’assiéger. Attention à ne pas retourner dans les travers des fautes de poing et de crosse pour les Françaises ; elles subissent pendant plus de 5 minutes avant d’encaisser un deuxième but sur coup franc à la 11ème minute. A 1’30 de la mi-temps, coup franc à l’avantage des Françaises devant les buts anglais, mais la défense est hermétique et les Anglaises vont se mettre en sécurité dans le coin. C’est la mi-temps. Pendant les 3 première minutes à la reprise, les bleues campent chez les Britanniques. Nouveau coup franc devant les buts, mais ça ne rentre toujours pas. S’en suit un temps faible pour les Françaises réduites à 5, bien géré. Le coach Max demande maintenant à ses filles de tout jouer plein centre, il n’y a plus rien à perdre, il faut mettre la pression en direction du but adverse. Après une séquence de jeu en milieu de terrain, une Française s’échappe, ses coéquipières l’accompagnent jusqu’au but et provoquent la faute des Anglaises. 2 joueuses adverse en prison, les bleues poussent sur le coup franc mais le palet ne sort pas du paquet… jusqu’à ce qu’une Anglaise trouve la faille et parte sur un contre de 20 mètre pour inscrire le 3ème but, à 4minutes 30 de la fin du match. Les Françaises ne lâchent pas, réussissent à inscrire un but alors qu’il ne reste que 3 minutes à jouer. Ca ne sera pas suffisant, elles s’inclinent en quart de finale sur le même score qu’en round robin face à ces Anglaises, 3-1. Souhaitons-leur de se reprendre pour le match de bas de classement à 17h50.

 

Favoris dans ce quart de finale face au Canada, les U19 français ont pour consigne de démarrer avec un but dès l’engagement : ça sera fait sur l’action suivante, avec un coup franc concrétisé dès la 2ème minute de jeu. Les Canadiens répliquent, mais les Français ont de la place en défense, pour se permettre un changement d’aile à 2 mètres de leurs buts. Retour à l’attaque pour les bleus. Deux occasions ratées, la troisième sera la bonne avec un palet qui part milieu de terrain et la vitesse de mouvement des Français : but à la 7ème minute, 2-0. Le Canada tente de nouvelles attaques et sème le trouble dans la zone de remplacements française. Le temps de reprendre leurs esprits, les bleuets fraîchement rentrés poussent fort le long du mur droit et placent le jeu dans le camp canadien. 3ème but refusé, mais peu importe, sur le temps de jeu suivant, c’est dedans : 3-0 à la 11ème. La résistance canadienne s’effrite, elle encaisse un 4ème but 2 minutes plus tard. A la reprise, les Français démarrent par un tube, mouvement collectif groupé plein centre du terrain, et marquent tout de suite : 5-0. Dans cette seconde mi-temps, les Français monopolisent les palets et baladent les Canadiens de droite à gauche. Ils inscriront encore 3 buts pour terminer sur le score de 8-0 et s’offrir cette demi-finale qui leur tendait les bras. Au programme de l’après midi : décompression dans un parc animalier pour rencontrer la faune locale.

Quart de finale sous pression pour les U23M. Ils rencontrent l’Afrique du Sud, battue en phase de poule, mais qui va présenter un autre visage au cours de ce match. Les premières actions de la partie sont françaises, mais les Sud-Af sont bien présents. Ils ont révisé le jeu des Français en vidéo, on les voit couper les lancements français. A la 5ème minute, après une phase de jeu dans le coin droit sud-africain, les Français obliquent vers le but et obtiennent un tir de pénalité : il est marqué, les bleus mènent 1 à 0. Sur l’engagement suivant, l’Afrique du Sud est dans le camp des Français, qui temporisent dans le coin avant de relancer. Peu de fautes pour le moment, on assiste à de longues phases de jeu sans arrêt de l’arbitre, et on se dit que le physique des Français devrait les aider en fin de rencontre. Première prison pour un Sud-Africain à la 11ème minute, qui ne profite pas aux bleus. A la 14ème minute, ce sont eux qui sont sanctionnés de 2 prisons. L’Afrique du Sud ouvre de la droite vers le milieu de terrain, heureusement ils sont sanctionnés de 2 fautes successives, rendant le palet aux bleus. A la mi-temps, le capitaine Maxime Piaser galvanise ses troupes. Ca pousse fort en début de seconde période dans les buts d’Afrique du Sud, mais une faute et une prison française vient stopper les efforts. Le jeu est plus haché en deuxième période, les fautes s’enchaînent. A la 23ème, alors que les Français tentent de mettre un peu de vitesse dans le jeu, un contre sud-africain est à 2 doigts d’offrir l’égalisation, mais heureusement, la défense revient vite. 2 coups françs à suivre dans les buts français. Il reste 3 minutes 30 à jouer et les Sud-Af mettent une nouvelle salve. Le palet arrive dans le coin du but français… « No goal », faute de poing. Trente secondes plus tard, même action, mais pour les bleus cette fois-ci : but refusé également. Le score est toujours de 1 à 0, on ne respire plus dans le camp des supporters français. Les bleus jouent la plupart du temps à 5, et subissent encore les attaques. A 45 secondes de la fin, nouveau but sud-africain refusé par les arbitres pour faute de poing. Le buzzer retentit, c’est la fin de match. Que cela aura été difficile pour nos Français de se qualifier, mais cette fois-ci, ils passent en demi-finale.

 

Fin de journée pour les U23F qui doivent se remotiver pour atteindre la 5ème place de ces mondiaux. Elles doivent d’abord battre le Canada pour tenter cette place d’honneur demain. Les bleus commencent bien la partie, la France pousse et le premier tir dans les buts canadiens n’est pas validé. C’est à la 4ème minute que les Françaises ouvrent le score. Elles continuent à presser leurs adversaires, envoyant de multiples salves d’attaque, avec succès, car elles inscrivent 2 autres buts dans les 3 minutes qui suivent. Sur une jolie passe de recentrage, l’avant bleue s’empare du palet et glisse un petit shoot sous son adversaire : 4-0 à la 12ème minute de jeu. En début de deuxième mi-temps, les Canadiennes qui n’avaient pas encore réussi un incursion dans le camp français, s’offrent une occasion de but et la concrétise. Beau réalisme du côté canadien, 4-1. Sarah Cuvellier, l’entraineur de cette équipe de France redonne les consignes : on tir derrière la défense canadienne. Car cette équipe montre de solides arguments en défense, revenant systématiquement sur les murs, dans les coins, mettant les palets en protection par des retournés. Les bleuettes arriveront à percer à 2 reprise cette défense, et remportent le match 6 buts à 1.

Auteur : Rémy GILLET